OCTOBRE, MOIS DES NOIX

Simple coïncidence ou alors faut-il y voir un signe ?

La noix a en effet toute l’apparence d’un cerveau humain. On peut clairement distinguer deux hémisphères ainsi que des circonvolutions. Mais au-delà de cette simple ressemblance les noix ont montré un rôle protecteur sur notre propre cerveau en réduisant le stress oxydant, la neuro-inflammation, le tout améliorant les capacités cognitives, notamment la mémoire.

Ces oméga 3 et les antioxydants, ajoutés au potassium contenus dans les noix cumulent leurs effets pour prévenir les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2 : plus vous consommez de noix et moins vous avez de risques de mourir d’une maladie cardiovasculaire. Une multitude d’autres substances peuvent aussi expliquer les effets bénéfiques des noix dans les processus neuronaux : polyphénols, notamment acide ellagique, vitamine E, folates, mélatonine, etc.

De plus, les noix contiennent, par rapport aux lipides et glucides entre 15 et 20 % de protéines, ce qui intéressera ceux qui ne consomment pas de viande.

Si dans la journée vous avez une fringale, au lieu d’une barre chocolatée, préférez des noix. Ce pouvoir de coupe-faim provient de leur haute teneur en lipides et en particulier de leur richesse en acide gras polyinsaturés (72 % du total des acides gras).

Contrairement à ce que l’on pourrait penser les acides gras contenus dans les noix ne font pas prendre de poids